ces 2019 innovation beaute

Cette année, le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas a réuni pas moins de 4500 exposants. Parmi les participants venus du monde entier présenter leurs dernières innovations high-tech, 400 sociétés françaises étaient présentes, et, bonne nouvelle, la « French tech » semble toujours en pôle position de l’innovation dans le secteur de la beauté ! Quelles sont les tendances d’avant-garde qui arriveront dans les prochains mois en France ? Confirmant sa percée, la beauté connectée connait un développement spectaculaire, portée par les progrès conjoints de l’intelligence artificielle, de la réalité augmentée, de l’analyse de données et de l’impression 3D. On a ainsi pu voir, à Las Végas, une nouvelle génération d’objets évolués et connectés qui vont bouleverser les comportements d’achat des consommatrices en institut et spa. Pour comprendre ces évolutions, retour sur trois tendances phares de l’édition 2019 du CES dans la catégorie bien être et beauté.

Des miroirs (enfin) intelligents

« Miroir, mon beau miroir, dis moi si je suis la plus belle ?… » Accessoire de beauté par excellence, le miroir était jusqu’ici un objet inerte qui avait traversé les siècles sans se soucier du progrès. Or, voici que le miroir magique immortalisé par nos contes de fées est en passe de débarquer dans les grandes enseignes de beauté et coiffure pour communiquer avec les clientes. Au CES 2019, différents miroirs intelligents, interactifs et connectés ont ainsi été remarqués des visiteurs.

Parmi ceux-ci, on a pu voir le « Smart Mirror », présenté par la société Coty en collaboration avec Wella, qui permet de tester des colorations capillaires. Le fonctionnement de cet objet de nouvelle génération repose sur ce qu’on appelle « la réalité augmentée« . Cette technologie permet de superposer une image réelle comme un visage (capturée par le miroir grâce à une caméra invisible), et une image de synthèse provenant de l’ordinateur. C’est le principe des photos rigolotes avec oreilles et nez de chats échangées sur les réseaux sociaux. Dans une version plus sophistiqués, les miroirs intelligents reconnaissent des parties de l’image réelle (comme les cheveux, les lèvres, les yeux etc.) et sont capables d’y incruster de nouvelles données de façon quasiment imperceptible (par exemple, une autre couleur de cheveux ou un rouge à lèvres). L’intérêt pour les clientes : pouvoir tester différents looks sans bouger, se démaquiller ou appliquer des produits !

Le Smart Mirror présenté à Las Vegas dispose même de la vidéo à 360° pour une vision complète du résultat par la cliente, de face, de dos et de profil. Et s’il faut s’inspirer, il contient aussi des dizaines de modèles dans tous les styles, du plus classique au plus tendance, qu’il peut présenter sur simple requête, se transformant en écran. Un autre miroir intelligent, présenté par la société française Baracoda au CES 2019, est capable, lui, de produire des tutoriels beauté en réalité augmentée. Autrement dit, la cliente peut apprendre à appliquer un produit de beauté en regardant directement la démonstration sur elle. Les miroirs connectés, des outils qui vont prochainement révolutionner le conseil beauté et la vente de maquillage en institut ?

Le diagnostic de peau connecté

S’il est une innovation qui s’est rapidement imposée sur le marché français de l’esthétique, c’est le diagnostic de peau assisté par ordinateur. Produit star de nombreuses marques de soins sur les salons professionnels en 2018, les « skin analyseurs » conquièrent un nombre croissant d’instituts et de spas car ils apportent une aide précieuse dans le conseil aux clientes et valorisent l’expertise de l’esthéticienne. Loin d’une prestation gadget, l’analyse de peau connectée permet en effet aux esthéticiennes équipées d’aller plus loin dans la pratique de leur métier et de se différencier en offrant un service à forte valeur ajoutée apprécié de la clientèle.

Apparus dès 2016 au CES, le diagnostic continue de s’exposer en 2019, les acteurs du marché rivalisant pour intégrer toujours plus de paramètres d’analyse et d’intelligence. Ainsi, la marque spécialiste des peaux atopiques La Roche Posay (groupe l’Oréal) a montré un nouveau capteur capable de mesurer le pH de la peau en analysant des traces de sueur dans les pores, arguant que ce paramètre aurait différentes valeurs dans les cas d’eczéma, de sécheresse ou de dermatite atopique, et que sa mesure précise permettrait donc de proposer les produits de soin adéquats. Pour sa première participation à l’événement, le géant industriel Procter &  Gamble a lancé, de son côté, un instrument doté d’une caméra couplée à des algorithmes exclusifs et à une technologie d’impression. Il permet au consommateur de scanner son visage et d’y détecter toute trace d’hyper pigmentation. En fonction de cette analyse, l’appareil peut recommander le sérum correcteur à utiliser et même indiquer les quantités exactes à appliquer sur le visage.

Face à cette course à l’innovation, les esthéticiennes peuvent se demander s’il est sage d’attendre que la technologie achève sa maturation pour s’équiper d’un skin analyseur. Rien n’est moins sûr. Contrairement à d’autres nouveautés inaccessibles en raison de leur coût prohibitif, les appareils de diagnostic de peau sont d’ores et déjà proposés dans une gamme de prix raisonnables. Acquérir un skin analyseur est donc à la portée de tout institut, et peut se rentabiliser rapidement.

D’autre part, les outils actuellement commercialisés sur le marché sont d’ores et déjà performants et pratiques à utiliser. Souvent compatibles avec toutes les marques de soin, ils n’enchainent pas l’esthéticienne à un fournisseur. Enfin, ils sont, pour la plupart, évolutifs, ce qui signifie qu’ils pourront intégrer des fonctionnalités futures par simple mise à jour en ligne. Dans ces conditions, attendre que sortent de nouvelles générations d’appareils de diagnostic de peau plus évolués, c’est se priver d’un outil qui a démontré son efficacité pour développer le soin visage et la vente de produits. En tête des nouvelles applications de la beauté connectée diffusées en institut, cette technologie risque donc de devenir très vite incontournable !

Des produits de beauté sur-mesure

Autre tendance repérée au CES 2019, la personnalisation de plus en plus poussée des soins de beauté ne cesse de s’affirmer, portée par l’enthousiasme des consommatrices. Une réaction à la standardisation imposée par la société de consommation ? Toujours est-il qu’on est en train de passer à vitesse grand V de l’ère du prêt à porter au soin sur-mesure.

Ainsi, la marque Neutrogena montrait lors du CES 2019 sa ligne Maskid : de nouveaux masques de soin fabriqués à la demande selon le principe de l’impression 3D. Traduction : chaque masque réalisé contient une formule unique, que l’appareil d’impression 3D concocte selon les besoins de chaque cliente (à l’issue d’un diagnostic).

De son côté, la start-up qui a développé l’application YouCam MakeUp propose désormais une nouvelle fonctionnalité à même de recommander des produits sur mesure en se fondant sur l’intelligence artificielle, capable d’analyser les préférences exprimées par chaque consommatrice. Ainsi celle-ci se verrait par exemple conseiller une « teinte parfaite » de fond de teint selon des données objectives (sa peau) mais aussi selon son comportement.

Pour terminer sur le sujet, remarquons que les deux start-ups françaises primées au CES 2019 dans la catégorie bien-être et beauté, se sont vues récompensées, justement, pour des objets innovants permettant la création de cosmétiques sur mesure :

  • Artiris parfum COMPOZ, pour son diffuseur de parfum d’ambiance connecté, qui permet de composer une senteur sur demande à partir de cinq capsules d’huiles essentielles.
  • B2B Cosmetics Emuage, pour le premier appareil à fabriquer des cosmétiques sur mesure à la maison, grâce à des dosettes individuelles d’ingrédients actifs, de parfum et de base.

Conclusion : un enjeu de poids pour toute la filière de l’esthétique professionnelle

Les objets et applications connectés annoncent une révolution qui va bouleverser les codes d’achat des consommatrices de produits de beauté. Dans la bataille de l’innovation qui a commencé, les marques de cosmétique professionnelle, main dans la main avec les instituts et spas, sont engagées dans une course contre la montre. Confrontés à des géants industriels du secteur hygiène et beauté, tels que l’Oréal ou Procter & Gamble, il s’agit en effet de ne pas se laisser distancer, sous peine de céder des parts de marché à la grande distribution, la parfumerie sélective et la parapharmacie, servies par ces poids lourds. Car ne nous y trompons pas : le futur de la beauté est déjà arrivé au CES 2019, il va profondément impacter les comportements d’achat des clientes dans les années à venir, et tous les professionnels de l’esthétique sont concernés !

 

ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT A LA LETTRE DE L'ESTHETIQUE

Toute l'actualité professionnelle et les derniers articles directement dans votre boîte mail